Synthèse III et IV

III. Comment expliquer qu'en 1 mois, la consommation des ménages américains a baissé plus qu'il n'était prévu?

Depuis le début du mois de décembre elle a encore baissé de 15%. En 1 moi et 10 jours, la consommation des ménages américains a pratiquement baissé de 50% ce qui ne s'était jamais vu dans les années 1929-1932.

Pourquoi Est-ce que cet effondrement de la consommation provoque ce sentiment de panique?
Comment expliquer ce phénomène qui dément tous les enseignements de l'économie académique?

 

Les raisons en sont simples :
_D'abord, aujourd'hui, les 2/3 des familles américaines savent que si rien ne change, à supposer qu'elles continuent à travailler, elles n'auront plus de retraites. Les fonds de pension ont, pour les 4/5, tout perdu. Et cela parce que leur gérant avait investi le capital des retraités dans les actifs pourris et il n'en reste rien.

_De plus, les frais d'enseignement augmentent et vont augmenter dans des proportions gigantesques parce que les universités publiques sont financées par les Etats, les Etats coupent leur dépenses puisqu'ils doivent équilibrer leur budget et que les universités qui avaient de l'argent et qui avaient confié le placement à des économistes ont tout perdu. Comment payer les frais de scolarité des enfants?

_Les hôpitaux sont dans la même situation.

Le résultat est que l'on a du jamais vu, une situation d'épargne forcé qui aboutit à cet effondrement de la consommation qui atteint tous les secteurs.

L'investissement est donc tombé à moins que 0 et tout s'enchaîne les importations s'écroulent, du coup, la Chine ne peut plus exporter, les usines ferment les unes après les autres, les pays dépendant des USA voient leurs exportations s'écrouler. L'économie libérale est morte et avec elle la globalisation. Le problème est au-delà de l'économie.
Les USA ont évité la crise des années 30 de justesse grâce à Roosevelt et grâce à la guerre mondiale.

Que peut il se passer?
Tous les maires des grandes villes américaines font aujourd'hui le siège de la future administration. Si les usines et les services ferment leurs portes, il n'y a plus de solution que la fameuse loi sur l'état d'urgence. À situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. à cet égard, Obama et son entourage ont tiré la leçon des hésitations de Roosevelt au moment du New Deal. La réponse exceptionnelle est de dire que tout un ordre est mort, l'ordre libéral, le marché, la priorité aux secteurs privés, tout cela est définitivement enterré et pour très longtemps. Tout doit se jouer sur une reconstruction totale de l'économie et de la société américaine à partir de l'Etat.

On prévoit de dépenser pour l'économie civile 1500 milliards de dollars pour l'année 2009. Cela signifie que le déficit budgétaire américain est aujourd'hui considéré comme indispensable, comme devant augmenter à long terme et rien que pour l'année 2009-2010 on atteindrait 13 à 15% du PIB. À coté de cela, les 25 milliards de Sarkozy sont une goutte d'eau. Surtout que parmi ces 25 milliards, 20 milliards sont prélevé sur ce qui devait être dépensé l'année prochaine.

Ce programme de reconstruction totale du système américain va passer par une croissance des investissements publics dans tous les domaines, l'infrastructure, la recherche, l'enseignement, la sécurité sociale etc. et la croissance des investissements publics devrait se poursuivre pendant 20 à 25 ans. Ce n'est que dans 2 ans que l'on espère stabiliser l'économie américaine.

Ne faudra-t-il pas encore aller plus loin pour enrayer les forces destructrices au sein de l'économie américaine? Que restera-t-il du secteur privé? Obama saura-t-il convaincre?
Quel rôle le reste du monde va-t-il jouer dans cet effort de lutte contre la crise mondiale? Est-ce que les USA peuvent à eux seuls faire sortir le monde de la crise?
La réponse est non. Une des raisons parmi d'autres de la guerre de 39-45 est l'inexistence de toute coopération internationale. L'Angleterre marche aujourd'hui avec les USA et ne souhaite plus de limites au déficit budgétaire. Les problèmes de l'Angleterre étant aussi graves que les problèmes des USA.

IV. Le reste du monde :

On ne peut pas compter sur le Japon. Le ministère des finances japonais maintient sa politique d'exportations à outrance et la violence de la société japonaise croit. La Chine est aujourd'hui obligée de revoir totalement sa stratégie, la croissance par l'exportation est terminée étant donné l'arrêt des commandes américaines. Comment refonder la croissance sur l'économie interne? Cela reste indéterminé et il est évident que ces évènements économiques ont un impact politique.

Tout le monde est suspendu à la question de ce qui va se passer et de ce que l'on peut espérer en Europe.

Le problème de l'Europe actuellement est qu'il y a 3 Europe :
_L'Europe de l'Est dont les pays nouvellement entrant dans l'UE qui sont dans un état de chaos économique et financier absolu parce que, pour les mêmes raisons que les pays émergents d'Amérique latine, ils avaient tout joué sur l'exportation. D'autre part, ces pays avaient poussé jusqu'à la caricature le modèle ultra libéral. Et enfin, ils se sont entièrement financé par des emprunts envers des banques françaises et allemandes en dollars.
_À l'intérieur de la zone euro, il y a 3 pays dans un état de type américain : Portugal, Grèce, Espagne : le chômage explose et la croissance est entièrement négative.
_Tout se joue autour de la France, l'Allemagne et l'Italie. Le gouvernement Berlusconi sous la pression de ses alliés de la ligue du nord refuse délibérément toute politique de relance et accélère ses mesures de déflation. Notamment la loi universitaire adoptée par Berlusconi a tout simplement réduit de 50% les crédits aux universités. Reste alors la France et l'Allemagne. La crise est évidemment déjà très profonde dans ces 2 pays. Le chômage effectif est beaucoup plus important qu'il ne l'est aux USA maintenant. Compte tenu de toutes les mesures de chômage masqué, on atteindrait les 40% en France et en Allemagne les 25 à 30%. D'après les données statistiques américaines, les salaires réels baissent depuis au moins 5 ou 6 ans en Allemagne et en France, la part du travail s'est écroulée et la crise financière a été du même ordre que la crise américaine et elle a même battu dans le domaine du farfelu ce qui s'est passé aux USA. Car la BCE, pour renflouer les banques américaines et françaises qui devaient des dollars, a emprunté des dollars à la banque centrale américaine. Elle lui doit 475 milliards de dollars.

Pour le moment le gouvernement allemand a bien accepté de sauver les banques allemandes de la faillite mais refusent d'envisager le moindre plan de relance à long terme de l'économie interne. Il n'y a aucun plan de type Obama envisageable pour le moment en Allemagne.

En France, y a-t-il un plan ambitieux de relance à long terme de l'économie française?
Pour le moment il n'y a pratiquement rien. Et cela pour 3 raisons :
_Le gouvernement français, le Président, a envisagé de mettre en œuvre un plan dit de relance qui atteindrait 25 milliards d'euros. On peut se poser la question de ce que cela recouvre. En terme de montant, ce n'est rien par rapport à ce qui est fait aux USA.
_D'autre part, 20 milliards ont été retirés des engagements qui avaient été déjà pris pour l'avenir et vont être avancés. Les 20 milliards s'ils sont dépensés aujourd'hui ne seront pas dépensés plus tard. Ce n'est donc pas une politique de relance à long terme. Les mesures prises sont des « vieux trucs ». L'idée de la prime à la casse date de Chirac en 1975.
_Toutes les administrations, tous les gouvernements ministériels ont reçu les circulaires signées par le Président et dont l'objet est la réduction progressive des effectifs de l'emploi public et l'interdiction d'embaucher de nouveaux fonctionnaires. La priorité est donnée aux CDD. Ce sont des politiques contraires aux politiques américaines.

Est-ce que le gouvernement français est prêt à accepter une augmentation du déficit budgétaire importante?
C'est à douter...

Les gouvernements européens sont certainement prisonniers des règles totalement extravagantes, aberrantes et qui sont celles régissant la politique économique et monétaire au sein de la zone euro. On a confié la gestion de la monnaie et la fixation des taux d'intérêts à une institution qui n'a nulle part ailleurs son équivalent : une banque centrale supra nationale, souveraine, qui a exactement le même statut que le Vatican. Et pour assurer cette indépendance de la BCE on lui a interdit de créer de la monnaie pour le compte des Etats membres. Les gouvernements européens, s'ils le voulaient, ne pourraient se financer que par les banques privées qui leur feraient payer des intérêts ou bien auprès des USA. C'est une situation qui peut se passer.

La BCE n'a pu sauver les banques européennes qu'en échangeant des euros contre des dollars. Elle doit donc à peu près 475 milliards de dollars à la banque centrale américaine. Le 1er mars, l'administration Obama va se trouver devant le problème suivant : ou bien dire non et demander à ce que la BCE lui rende ses dollars ou alors dire aux européens que l'on renouvelle le prêt à condition de changer de politique.

À cette domination de la BCE, s'ajoute les règles également invraisemblables du pacte de stabilité et de croissance qui, constamment réinterprété et renforcé, impose aujourd'hui d'avoir un équilibre budgétaire. Jamais les USA et l'Angleterre ne se sont soumis à de telles règles.

Mais des traités et des statuts n'existent que si les partenaires le veulent bien. Tout le problème est de savoir si cette volonté existe vraiment.

Comment se fait il que la révolution culturelle qui a lieu aux USA et en Angleterre, n'ait pas encore lieu en Europe? Cette question devrait être résolue tôt ou tard encore faudrait il qu'il y ait débat sur ce point.

Le choix ultime est entre persister dans l'erreur et mourir avec elle ou bien abandonner les anciens dogmes et être sauvé. Keynes avait raison sur ce point, les intérêts matériels sont secondaires par rapports aux enseignements reçus par le passé par les hommes de la pratique. Trop longtemps l'économie a remplacé la religion.

Commentaires (3)

1. solène La1 sjepg de besançon 09/06/2009

RE-merci

2. aurélieLA1 20/05/2009

merci

3. Elsa 08/01/2009

Merciiiii

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site