Partie II Section VII

Section VII : Le problème des pays dits en voie de développement.

C'est le dernier problème qui fait obstacle à une véritable stabilisation de l'économie mondiale.
L'ensemble du continent africain, la totalité de l'Amérique latine, la majorité des pays de l'Asie du sud est et la totalité des pays de l'ancien Europe de l'Est forment ces pays pauvres.

§1. Des pays particulièrement touchés par la crise.

A. Une cause majeure à cela : le FMI

Pourquoi ces pays sont-ils particulièrement ruinés par la crise économique actuelle?

Ils le sont à cause des choix politiques qui leur ont été imposés par les organisations internationales, le FMI et la Banque Mondiale créée en 1943 et qui ont mis en œuvre à partir du début des années 90 ce que l'on a appelé le consensus de Washington. Les principes étaient les suivants :

Le seul moteur de la croissance doit être l'excédent commercial. Ce que l'on a appelé le consensus néolibéral était donc fondé sur ce principe, un pays ne peut se développer que s'il augmente suffisamment ses exportations. Tout doit être joué sur les exportations des pays les plus pauvres vers les pays les plus riches.

Et c'est cela que l'on a appelé la globalisation qui reposait sur un schéma simple : d'un coté les pays dits riches (USA, Canada, zone Euro, Angleterre, Australie et Nouvelle Zélande) et d'un autre coté le reste du monde. La règle de la globalisation était telle que les entreprises des pays les plus riches vont transférer l'industrie vers les pays devant se développer (c'est une délocalisation ou transfert de la production des pays à salaires élevés vers les pays à bas salaires) et la production résultant de ce transfert allait être vendue dans les pays les plus riches.

Si toute la base industrielle est transférée vers les pays en voie de développement, s'il ne reste plus que les services dans les pays les plus riches, comment les pays en voie de développement pourront-ils vendre leurs exportations? Si le revenu baisse dans les pays les plus riches, s'il n'y a plus que des services, le revenu payé dans les services étant faible par rapport aux revenus industriels, comment les pays où l'on accumule un potentiel de production, pourront-ils trouver des acquéreurs pour leurs exportations?
La globalisation reposait sur un pari très dangereux : la création d'un potentiel de production sans demande suffisante pour l'absorber.

Le résultat est que, pour atteindre cet objectif d'exportation à tout prix, les pays en voie de développement ont été incités par le FMI à mettre en œuvre des politiques de réduction systématique de leur demande interne. C'Est-ce que l'on appelait les plans d'ajustement structurel : un pays voulait développer ses exportations, pour cela, on doit importer des biens d'équipement, donc on doit avoir des dollars car le commerce international est pour 95% en dollars et l'on doit investir.
Le FMI n'acceptait de consentir des prêts à ces pays que s'ils s'engageaient à ajuster leur économie aux règles de l'économie de marché. Ce qui veut dire que les jeunes fonctionnaires du FMI avaient des plans standards qui prévoyaient coupure de 50% des dépenses publiques, privatisation de tous les actifs publics, taux d'intérêt très élevés. Le résultat est que ces plans d'ajustement structurel ont provoqué une véritable catastrophe à l'échelle mondiale.

Il ne restait effectivement plus que l'exportation. Mais, plus les pays dépendent des exportations, plus ils dépendent de la croissance dans les pays les plus riches. Aujourd'hui la baisse de la consommation américaine et européenne entraîne un véritable écroulement des exportations de tous les pays en voie de développement.

Un exemple est particulièrement frappant : suite à la réduction de la consommation des ménages américains, les grandes chaînes de distribution ont, du jour au lendemain, annulé toutes leurs commandes à tous leurs fournisseurs d'Amérique latine et d'Asie du Sud Est. Le résultat est que les usines concernées ont dû, du jour au lendemain, fermer leurs portes. Aujourd'hui, dans toutes les zones industriels d'Asie du Sud, le taux de chômage est de 100% de la population active, d'où la panique du gouvernement chinois. C'est la même situation en Amérique latine et en Europe de l'Est.

Le FMI avait exigé que ces pays ne financent leur développement même au-delà de ce dont-ils avaient besoin pour leurs importations par des crédits consentis en dollars par des banques américaines ou européennes. Ce qui veut dire que tous les PED sauf la Chine avaient totalement perdu le contrôle de leur monnaie.

Pourquoi la BCE avait elle consenti des prêts en dollars au gouvernement hongrois?
Il n'y avait pas de véritable banque en Hongrie, les salaires ne sont payés que par la banque centrale hongroise et celle-ci voulaient des dollars qui ensuite étaient transformés en monnaie nationale.
Les banques étrangères exigent des pays les plus pauvre des remboursements instantanés. Mais si déjà la BCE a des difficultés pour rembourser des dollars, la situation est encore pire dans ces PED. Tous ces pays aujourd'hui sont dans une situation qui a été admirablement énoncée par l'ancien d'Afrique du Sud, Mandela : « ou bien on crée une nouvelle banque internationale qui serait rattachée aux nations unies et le FMI on le supprime sinon tous ces pays voient littéralement leur production tomber à 0 ».

B. L'impossibilité de ces pays se reconstruire une économie.

Le gouvernement chinois vient de créer un plan d'injection dans l'industrie chinois de 1 400 milliards de dollars de façon à reconstruire totalement l'économie chinoise sur la base de la demande interne et notamment de reconstruire les campagnes qui avaient été abandonnées. Mais la Chine peut se le permettre. La plupart des pays émergents et pauvres en sont totalement incapables.
Des pays africains ou comme le Brésil, qui ont tout joué sur leurs exportations, qui n'ont pas de base industrielle ni de véritable banque centrale, ne peuvent pas reconstruire leur économie.

Nous avons dans ce problème de l'écroulement des pays émergents l'appauvrissement croissant des pays déjà pauvres et la disparition des pays émergents

Si à peu près les 4/5 des pays du monde s'appauvrissent, les exportations des pays les plus riches s'écrouleront.

§2. Le soucis de l’environnement.

 

On se soucie de l’environnement. Mais plus des pays essayent désespérément de maintenir leurs exportations, plus ils anéantissent leurs ressources naturelles. La limite est atteinte dans certains pays d’Afrique (comme le Zimbabwe dont l’une des ressources est les fermes où l’on élève des lions pour permettre aux riches occidentaux de les tuer). Il y a un lien entre la crise économique, la crise écologique et le problème du réchauffement climatique. Si l’on veut sauver l’environnement on doit dépenser énormément.

 

L’accélération de la pollution qui a battu tous les records va faire que dans quelques années, les populations d’Afrique du Sud vont peu à peu disparaître.

Commentaires (3)

1. marc jacobs (site web) 02/06/2012

Satchels hold your items in separate compartments. They either feature a short handle for holding by hand or a long strap which you wear on your shoulder.Marc Jacobs.These types of handbags for women are great to the office and/or any type of business meeting. Satchels are simplistic in nature and complete in character.Clutches are altogether whimsical, lackadaisical, and carefree. This Fall's clutches are about sparkles, sequins, and anything else that glimmers and shines. Versace, Louis Vuitton, Balenciaga, and Jason Wu have elegant, tasteful, and unique designs.If you are interested in for Marc, please enter http://www.marcjacobsiphone4case.org

2. giacomo 03/01/2009

MERCI !!!!

3. Dilber 12/12/2008

salut! Ce site est très bien fait!! Merci beaucoup!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×