Partie I Section V

Section V : Les solutions selon Keynes.

Cet agenda a, de manière simple, 3 propositions de base :
_Permettre le financement de l'économie productive en socialisant la finance. Cette notion de la socialisation de la finance est en voie de se réaliser avec Obama.
_Permettre la croissance de la consommation qui est la clé de l'investissement.
_Le ressort de toute politique de plein emploi est une politique à long terme c.à.d. planifiée au sens démocratique d'augmentation des dépenses publiques productives, ce qui amène à une reformulation de la comptabilité budgétaire, ce qui signifie la remise en cause de ce dogme de l'économie classico libérale «  le déficit budgétaire est un mal ».

§1. Relancer la croissance de la consommation.

Comment relancer la consommation c.à.d. soutenir une croissance suffisamment importante de la consommation?
Pour cela, il faut permettre une croissance à long terme de la consommation de manière à ce que les entreprises puissent anticiper cette croissance de la consommation des ménages. La consommation étant la source majeure des ventes des entreprises.

Comment Keynes envisage-t-il de permettre cette croissance de la consommation?
_D'abord, par la mise en œuvre de politique sociale en matière de santé, de logement et d'éducation qui vont permettre aux ménages d'avoir moins peur de l'avenir. Il est quand même le 1er qui propose un système gratuit de financement de l'enseignement supérieur.
_En garantissant la croissance des salaires grâce à une politique de l'État favorisant les syndicats. Le terme syndicat étant presque injurieux (à cette époque) mais pour Keynes, un syndicalisme fort est la garantie d'une croissance tolérable des salaires. Le problème des pays comme la France est que le syndicalisme dans le secteur privé est le plus faible de tous les pays riches, 6% de syndicats dans le secteur privé contre 20% aux USA, 40% en Allemagne.

Nicolas Kaldor écrit à Keynes « vous voulez développer la consommation ce qui, du même coup, vous permet de soutenir la croissance de l'investissement mais d'où viendra l'argent nécessaire? Vous recommandez une augmentation des dépenses mais comment l ‘économie pourra-t-elle réaliser cette augmentation des dépenses? »
Dans la Théorie générale, Keynes dit qu'il résonne dans une économie monétaire, la monnaie est la condition d'existence d'une économie.

C'est là qu'apparaît la proposition de base : on doit rendre la monnaie abondante, on doit permettre aux entreprises d'obtenir toujours suffisamment de monnaie pour financer leurs dépenses de salaires et leurs investissements. On doit donc toujours garantir à l'économie le montant de liquidité suffisant pour atteindre le plein emploi.

§2. La création de monnaie.

D'où vient la monnaie?
Comment garantir qu'elle soit toujours abondante?
Comment la monnaie est-elle créée dans la vision de Keynes?
Par les banques.
La demande de financement des entreprises qui est présentée aux banques qui vont répondre par des crédits aux entreprises et ces crédits représentent une création monétaire. Juridiquement le bilan des banques est nécessairement équilibré. Tout le système de l'économie moderne repose là-dessus. Les banques créent de la monnaie pour les entreprises, qui vont dépenser, ces dépenses vont faire les recettes des entreprises qui, ainsi, rembourseront les banques.

Comment assurer à ce que les banques répondent aux demandes légitimes des entreprises et à des taux d'intérêts qui ne soient pas trop élevés?
Du moment que de la monnaie est crée par des banques privées pour permettre des dépenses productives génératrices d'emploi et de croissance, la création monétaire ne sera pas génératrice d'inflation. Le drame vient du fait que les banques se sont mises à créer de la monnaie et donc à accorder des crédits qui n'avaient plus aucun effet sur l'économie productive. On constate qu'à partir du début des années 90, les banques américaines ont accordé leurs crédits et pour une part de plus en plus importante pour financer des opérations purement spéculatives (actions etc..).

Comment éviter cette dérive des banques? Comment éviter qu'elles n'abusent de leur pouvoir et financent des opérations qui ne sont pas créatrices d'emplois?
La réponse que donne Keynes est qu'on doit socialiser la finance. Le fonctionnement d'une économie de marché libre est totalement incompatible avec un système bancaire régi par la propriété privée et la loi du marché.

Dispositions de la socialisation de la finance :
Il faut faire rentrer la banque centrale dans le contrôle absolu de l'État, l'indépendance de la banque centrale est totalement injustifiée. Une banque centrale indépendante va être le comité exécutif des rentiers et rien ne justifie son indépendance. D'ailleurs, il n'y a qu'un exemple au monde de banque centrale indépendante : la BCE.
D'une manière ou d'une autre les banques doivent être socialisées ou nationalisées. Les banques doivent être soumises au marché boursier et ainsi les taux d'intérêts devront juste couvrir les frais de la banque et les rémunération des dirigeants de la banque devraient juste leur permettre une existence raisonnable.

Cet aspect de socialisation de la finance qui selon Keynes permettrait d'éviter les crises financières comme la crise actuelle.

§3. La croissance des dépenses publiques:

Aujourd'hui en Europe et notamment en France il y a une conception de l'État qui est encore plus négative et restrictive qu'à l'époque de Keynes. Ce qui signifie que les économistes libéro classiques sont aujourd'hui encore plus hostiles à l'État qu'ils ne l'étaient à l'époque de Keynes.

A. La vision américaine.

Grâce à l'application nuancée des idées keynésiennes, les USA à partir de 33, date de l'élection de Roosevelt, commencent à sortir de la crise.
Dès son élection, Roosevelt entame une politique de grands travaux publics, met en œuvre un politique de sécurité sociale, abandonne l'étalon or et à partir de 1938, ce sont des élèves de Keynes qui prennent en main la politique économique américaine. Le déficit budgétaire augmente et en 1939, les USA ont pratiquement retrouvé le plein emploi, un taux de chômage de 5%, ce qui est un reccord . De 1933 à 1939, nous avons l'évolution inverse de celle des années 20, la part des salaires augmente considérablement dans le revenu national et la société américaine devient une des plus égalitaires du monde. C'est grâce à Roosevelt et donc aux idées de Keynes que les USA échappent à une prise de contrôle par le parti communiste (qui atteint en 1933 25%) et à un coup d'état nazi.

Qui était le principal admirateur d'Adolf Hitler? Henry Ford, qui était un homme étrange, il avait commencé par promouvoir dans les années 1920 une politique d'augmentation des salaires mais la haine qu'il a pour Roosevelt et Keynes l'amène à soutenir un parti nazi qui, aux USA, à cette époque,est très important.

B. La situation en Europe.

Que se passe-t-il en dehors des USA?
La situation de la France de 1929 à 1940 et celle de l'Allemagne nazie.
La France rejette absolument les idées keynésiennes, André Piettre fait paraître en 1936 Keynes = Hitler = Staline. Le remède envisagé par les gouvernements français sous la pression essentiellement de l'administration et de la banque de France : coupure des dépenses publique, réduction des salaires et augmentation des impôts. Le résultat est tel que de 1930 à 1940, le chômage n'arrête pas d'augmenter en France.
Les élections de 1936 amènent au pouvoir le gouvernement du front populaire dirigé par Léon Blum, c'est la 1ère fois que des mesures sociales sont prises mais elles sont prises parce qu'il y a une grève générale spontanée.

L'exemple qui , en France, fascine la culture politique est la classe politique du régime nazi.
Aucun des dirigeants nazis ne connaissaient l'existence de Keynes. D'autre part, le régime nazi est un mélange tout à fait explosif d'un régime politiquement et socialement totalitaire et en même temps économiquement ultra libéral.
Si Hitler reçoit le soutient inconditionné de toute l'industrie allemande, c'est qu'il prend des engagements précis qu'il va respecter :
_Le principe de la souveraineté absolue du chef d'entreprise à l'intérieur de celle-ci. « Quiconque remet en cause la souveraineté et la liberté de décision du chef d'entreprise est un ennemi du peuple allemand ».
_Une des 1ères lois du régime est l'interdiction des syndicats. Le syndicalisme est puni de travaux forcés à vie.
_La grève devient un crime puni comme tel.
_Hitler s'engage à ne jamais mettre en œuvre une politique visant à augmenter le rôle de l'État. Tous les actifs publics sont vendus. Toutes les entreprises d'État sont vendues au secteur privé. Les travaux publics n'étaient que la fin de ce qui avait été mis en œuvre par la République de Weimar. Hitler déclare : « les autoroutes c'est bon pour les américains ». Toutes les dépenses sociales passent à la charge des ménages, elles sont financées par des prélèvements sur les salaires. Les prix sont libérés, ils montent, les salaires s'écroulent, la part des profits était d'environ 20% en 1933 contre 50% en 1939. En 1935, l'Allemagne a encore 15% de chômeurs officiels et si, en 1940, elle a retrouvé le plein emploi c'est parce que le régime prépare la guerre.

Par conséquent, l'exemple de l'Allemagne montre que le refus absolu de remettre en cause les thèses du libéralisme classique exigeait un régime autoritaire et aboutissait à une catastrophe. Et tous les économistes allemands de l'époque sont absolument enthousiastes et tous rejettent les thèses keynésienne.

Pourquoi exterminer les juifs?
Parce qu'ils sont en fait efficaces et productifs. Leurs petites entreprises sont contraires aux lois du marché et les économistes allemands qui travaillent au plan « de réorganisation de l'est » calculent le nombre de slaves à exterminer. Ils aboutissent à la conclusion qu'en 25 ans, on devrait liquider 45 millions de personnes.

À l'époque et encore aujourd'hui, la majorité des économistes professionnels pensent qu'un bon économiste et un bon professeur ne doit jamais parler de politique économique. Peu d'entre eux ont donc écrit de manière à ce que l'économie serve à quelque chose.

 

Commentaires (1)

1. Justified season 3 DVD (site web) 28/04/2012

Justified season 3 DVD is an American television drama series created by Graham Yost. It is based on Elmore Leonard's novels Pronto and Riding the Rap and his short story "Fire in the Hole". Its main character is Raylan Givens, a deputy U.S. Marshal. Justified season 3 DVD release date

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site