Partie I Section II

Section II : Le problème du chômage.

Il y a tout un courant de la pensée économique qui trouve son origine il y a pratiquement 2 siècles, au début du 19ème siècle, et qu'on appelle à tort libéral.
Ce courant qui était dominant à l'époque de Keynes, et qui est redevenu dominant aujourd'hui, postule que s'il y a des chômeurs, c'est le résultat d'un choix délibéré de leur part. S'il y a chômage, c'est qu'il n'existe pas de marché du travail parfait flexible. Et la preuve qu'il n'y aurait pas de marché du travail parfait est que les salariés exigent des salaires trop élevés. Donc il y a un choix entre avoir un emploi avec un salaire plus faible ou bien refuser le salaire proposé par les entreprises et, à ce moment-là, être au chômage. Donc dans cette vision, le chômage est vraiment le résultat d'un pur choix, les travailleurs sont responsables de leur sort.
Ce genre d'idées se retrouvent aujourd'hui dans le bulletin mensuel de la BCE, celle qui est chargée en principe de la gestion de l'euro et on les retrouvent également dans le livre de Peyrelevade, qui a pour titre : Sarkozy, l'erreur historique. Dans ce livre, il est écrit que « jamais les salaires ne seront suffisamment abaissés si l'on veut un véritable marché du travail ».

La vision de Keynes est de dire que non, le chômage dans une économie moderne, ne peut pas être le résultat d'un choix. Le chômage est obligatoirement involontairement subi. Si on est au chômage, ou bien on n'a aucun revenu et donc on ne peut plus consommer et dans l'économie moderne, il ne reste plus rien. Ou bien on reçoit des allocations au chômage mais celles-ci sont de plus en plus faibles et accordées pour des périodes de plus en plus restreintes. Par conséquent, le chômage n'est pas un choix, c'est quelque chose qui est imposé par les décisions prises par les entreprises.

Si le chômage est involontaire, imposé aux salariés, comment peut-on expliquer que le chômage puisse atteindre des montants aussi élevés qu'en 1930-31 et aujourd'hui.

Dans la Théorie Générale, Keynes veut répondre à cette question. Selon lui, ce qui peut déterminer le revenu du travail que les entreprises décident de payer c'est le montant de vente que les entreprises espèrent réaliser. Donc ce sont les paris que font les entreprises sur l'évolution de leurs ventes qui vont les amener à augmenter ou à réduire l'emploi.

 

Commentaires (1)

1. vibram five fingers (site web) 22/04/2012

<p> Aside from that, your wedding day purchase gallery vibram fingers functions fashions for your basic and any special occasion. To have sometimes larger collection, dsw.world wide web provides more types, longer measurements vibram five fingers and children's vibram several arms shoes. DSW comes with a complimentary, award-winning care application, DSW vibram five fingers uk Returns, where by users generate accreditation towards upcoming DSW transactions and additionally acquire unique member-only gives..ashiahihiahiha </p>

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×